Pourquoi sensibiliser ses salariés aux enjeux climatiques ?

Former et informer ses salariés aux enjeux climatiques est une nécessité pour réussir sa transition écologique.

Image de Soliman Cifuentes par Unsplash

Gestion des déchets, réduction des consommations énergétiques, amélioration de son empreinte carbone, de nombreuses entreprises ont aujourd’hui mis en place des politiques de transition. Des démarches qui nécessitent souvent une véritable implication des salariés. « Si l’on veut que l’entreprise soit plus responsable au sens large et que l’on développe une démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), l’ensemble des parties prenantes de l’entreprises, y compris en interne doit être convaincu », rappelle Arnaud Ruff, expert-comptable chez Ruff & Associés, membre du groupement de France Défi.

Pour mener à bien ce type de démarche, il est donc nécessaire de sensibiliser ses salariés aux enjeux climatiques. « Cela permet d’embarquer toutes les équipes dans le projet, sachant qu’il y a toujours au départ des collaborateurs déjà extrêmement concernés et investis sur ces sujets et d’autres moins », développe l’expert-comptable. Cela répond d’ailleurs à une véritable attente.

Selon une étude de l’Institut CSA réalisée en 2021, pour Linkedin et l’Ademe, « 68 % des salariés veulent être formés aux enjeux de la transition écologique dans leur entreprise ». Ils seraient également 78 % à choisir, à offres équivalentes, « d’aller travailler pour une organisation véritablement engagée en faveur de la transition écologique ». En les sensibilisant au sujet, les entreprises peuvent donc améliorer leur attractivité et fidéliser leurs collaborateurs.

« Lorsque les valeurs de l’entreprise sont alignées avec celles du salarié, on renforce son sentiment d’appartenance » – Arnaud Ruff, expert-comptable chez Ruff & Associés

Ateliers participatifs

Différents leviers peuvent être mobilisés pour informer et former ces salariés. Les ateliers Fresque du climat, proposés par la structure éponyme, sont un bon moyen pour permettre aux participants de s’approprier les enjeux climatiques. Il s’agit d’un outil « neutre et objectif », précise la structure. « Il se fonde sur les données issues des rapports scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat ».

Si l’on souhaite commencer à envisager des moyens d’actions, « les outils d’intelligence collective peuvent être très utiles pour faire émerger de bonnes idées », estime Arnaud Ruff. Chez Ruff & Associés, des ateliers participatifs ont ainsi été organisés sur des thématiques comme la réduction des émissions de carbone ou l’économie circulaire. Les solutions imaginées pourront ensuite être mise en place au sein du cabinet.

Inciter ses collaborateurs à mesurer leur bilan carbone est une autre manière d’introduire le sujet. Il existe aujourd’hui plusieurs calculateurs accessibles en ligne, à l’image du simulateur Nos gestes climat, développé par l’Ademe et l’Association Bilan Carbone ou de l’application Carbo. La start-up qui l’a développée propose en outre un mode collaboratif qui permet d’impliquer les salariés dans le calcul du bilan carbone de l’entreprise.

Encourager les éco-gestes

« On peut également mettre en place des guides de bonnes pratiques », poursuit Arnaud Ruff. Des campagnes d’informations et d’affichages pour rappeler les éco-gestes en matière de numérique, de tri sélectif, de mobilité ou de chauffage par exemple peuvent s’avérer utiles. Pour les rendre plus incitatives, certaines entreprises organisent des défis autour de ces éco-gestes.

La sensibilisation peut passer par de la formation. Le collège des directeurs du développement durable a développé, en partenariat avec l’Ademe, le mooc « Comprendre la crise écologique pour réinventer l’entreprise ». D’une durée de 8 à 10 heures, il est accessible gratuitement. Ce peut être un outil à mobiliser pour familiariser ses collaborateurs à ces enjeux ou pour les dirigeants qui souhaitent amorcer une démarche de transition écologique. Une fois celle-ci plus aboutie, l’implication des salariés peut encore être travaillée. « Nous démarche RSE est certifiée par Ecovadis et nous avons un groupe de travail avec plusieurs collaborateurs impliqués sur différents pans du sujet », illustre Arnaud Ruff.