Participer à des prix : une opportunité pour les jeunes chefs d’entreprise

Les jeunes entrepreneurs peuvent souvent participer à des prix régionaux ou nationaux pour se faire connaître. Un bon calcul pour les lauréats quand on mesure les retombées…

Photo : Bruce Mars

« Je suis fière d’avoir gagné, confie-t-elle. C’est un gros coup de pouce ! Cela montre que d’autres personnes trouvent aussi mon projet viable. » Marie Eppe est la dernière lauréate du concours « Coup de pouce » lancé par la Fondation Yzico et le parcours Beep (Boost étudiants-entrepreneurs du Pôle entrepreneuriat étudiant de Lorraine). Et elle a déjà remporté les honneurs de la presse locale de Nancy. Cette jeune diplômée en agroalimentaire de 24 ans a décroché le premier prix de 2 000 € avec son projet « In extremis ». Avec son entreprise alimentaire « anti-gaspillage », elle entend lancer par exemple des tartines apéritives à partir de fruits et légumes trop abîmés issus de producteurs locaux ou encore des verrines en verre recyclable avec possibilité de consigne.

Accompagner les entrepreneurs de demain

« Lors de la création de la fondation Yzico, il y a quatre ans, nous avions déjà engagé un partenariat avel’université de Lorraine, se souvient Anne-Sophie Fernandes Cruz, responsable communication de ce cabinet d’expertise comptable et de conseil aux entreprises, membre du groupement France Défi. Depuis deux ans, nous accompagnons des étudiants entrepreneurs de demain dans l’optique d’un programme d’accélération de leur projet. Cependant, on s’est aperçus que ce n’était pas encore assez, d’où l’idée de ce prix « Coup de pouce » qui va encore leur donner une visibilité supplémentaire. »

Participer à des prix : un coup de pouce à ne pas négliger

Victoria Benhaim confirme l’intérêt de la démarche : en 2015, alors âgée de 26 ans, cette jeune diplômée était désignée lauréate du Prix Jeune Entrepreneur du Salon SME (Salon des micro-entreprises) à Paris. « Ce concours m’a vraiment permis de me lancer, témoigne-t-elle. A l’époque, alors que je sortais de mon école, j’avais remporté un accompagnement par le Village By CA avec la possibilité de m’installer dans leur incubateur et de profiter de leurs conseils d’experts. »

Une crédibilité renforcée

Sa start-up, Liva, avait mis au point un bracelet permettant de partager ses informations d’identité et de santé via un QR code unique gravé sur un bijou. « C’est une aide incroyable pour une première aventure entrepreneuriale. Non seulement ce prix m’a vraiment permis d’élargir mon réseau, mais il m’a aussi donné accès à de nombreux journalistes. Pas besoin de faire appel à une agence de communication avec cela ! Il a aussi renforcé ma crédibilité pour mes levées de fonds. » La jeune femme est d’autant plus reconnaissante qu’elle a depuis lancé une seconde start-up, I-lunch, sans bénéficier du même appui. « Dans la foulée, j’ai créé une application qui calcule vos besoins nutritionnels journaliers et vous envoie des conseils personnalisés. Même si j’ai plus d’expérience, je mesure aussi la différence d’exposition. »

Un gage de visibilité

“Dans ces concours, c’est moins l’argent remporté que le coup de projecteur sur les gagnants qui compte” – Anne-Sophie Fernandes Cruz

Dans cet esprit, la fondation Yzico a justement préféré distinguer trois lauréats, qui ont respectivement reçu 2000 €, 1000 € et 500 €. « Il ne s’agit pas de concurrencer des prix d’honneur à 10 000 ou 15 000 € mais davantage d’encourager à notre niveau des talents régionaux. Cela leur donne une belle visibilité qu’ils n’auraient pas eu tout seuls… »

 

Articles récents

Catégories