NFT : quelles opportunités pour les entreprises ?

Les NFT constituent un nouveau support d’opération marketing et une potentielle source de revenus complémentaires.

NFT : quelles opportunités pour les entreprises ?

Image par Lara Far de Unsplash

Un musée dédié aux œuvres NFT à Seattle, le premier message sur Twitter vendu presque 3 millions de dollars, des vignettes virtuelles de joueurs de football que collectionnent des dizaines de milliers de personnes. Depuis plusieurs mois, les NFT pour «non fungible token» ou «jetons non fongibles» ne cessent de faire parler d’eux. Il s’agit de jetons numériques qui, contrairement à d’autres jetons comme les bitcoins, ne sont pas interchangeables. Chaque NFT est doté de caractéristiques uniques. Associés à des objets numériques, ils permettent ainsi d’en garantir l’authenticité et la traçabilité.

NFT, une utilisation dans différents secteurs

Les NFT ont logiquement trouvé des applications dans le monde de l’art et de la culture, pour établir l’authenticité d’œuvres virtuelles et en permettre la vente. Ils ont aussi conquis le monde du jeu vidéo et depuis quelques mois de nombreuses entreprises se sont également lancées dans leur édition à commencer par celles du secteur du luxe. Hennessy a par exemple mis en vente deux NFT associés à deux flacons de cognac. Des marques grand public ont aussi investi le marché. « Il y a clairement un effet de mode autour de ces jetons mais il en existe des usages intéressants », souligne Fabien Aufrechter, directeur d’Havas Sovereign Technologies.

« Les NFT sont un nouveau moyen pour les marques de toucher des communautés », explique-t-il.  En proposer est une manière de faire parler de sa marque, de moderniser son image et de susciter l’intérêt des consommateurs tout en encaissant les revenus de leur vente initiale puis des royalties lorsqu’ils sont échangés sur le marché secondaire. Certaines entreprises les commercialisent comme des objets à collectionner à l’instar de McDonald qui en a créé à l’effigie de ses produits phares.

Un moyen de toucher de nouveaux consommateurs

Ces NFT peuvent aussi être reliés à des objets du monde réel. Ainsi, la start-up Wincity propose des cartes NFT d’immeubles adossés à des biens immobiliers réels, dont la valeur déterminera les gains que peuvent espérer les propriétaires de ces cartes. Mettre en place ce type de jeu peut être un moyen de toucher une nouvelle cible de consommateurs. « Il n’est pas certain que ceux qui investissent sur des NFT immobiliers soient les mêmes que ceux qui investissent sur l’immobilier « classique »», pointe Fabien Aufrechter.

Les NFT peuvent aussi être vendus comme des clés vers des services complémentaires 

Une PME Lorraine fabricant des biscuits a ainsi récemment mis en vente des NFT donnant droit à une réduction de 30 % à vie.

Une technologie accessible mais qui nécessite une vraie réflexion stratégique

La technologie n’est pas un frein à l’utilisation des NFT par les entreprises, quelle que soient leur taille et leur secteur d’activité. Différentes plateformes permettent d’en éditer et d’en mettre en circulation facilement. « Mais il est aussi facile d’imprimer une carte Panini. La question est de savoir si on va la vendre. De la même manière, s’agissant des NFT, il faut se demander comment on va valoriser le jeton, d’où viendra sa valeur, quelle communauté on va cibler et comment, quelle est la stratégie marketing que l’on va adosser à ces NFT ? », conseille le directeur d’Havas Sovereign Technologies.

Pour maximiser les chances de réussite de son projet NFT, il est possible de faire appel à des agences dotées d’une certaine expérience dans ces technologies émergentes qui proposent un accompagnement aux entreprises dans l’élaboration et la mise en œuvre de leur projet. « Cela ne coûte pas forcément très cher, dès lors que l’on a une vraie communauté et une vraie valeur à porter. Certaines plateformes permettent de faire des NFT quasi gratuitement. Il y a même des possibilités de faire l’accompagnement gratuitement en partageant les revenus levés lors de la mise en vente », souligne Fabien Aufrechter.

Par Marion Perrier,  Accroche-press’ pour France Défi


Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Articles récents

Catégories