Entreprise engagée : un atout pour les appels d’offre

En tant qu’entreprise engagée, pouvoir mettre en avant ses actions en faveur de l’environnement ou de la société peut faire la différence pour remporter certains marchés.

Image de Towfiqu barbhuiya par Unsplash

Comme les autres, les entreprises engagées doivent convaincre de nouveaux partenaires et clients pour se développer. Leur engagement peut jouer un rôle d’accélérateur en facilitant leur sélection dans le cadre d’appels d’offre. Les donneurs d’ordre, qu’ils soient publics ou privés, sont en effet de plus en plus sensibles à la responsabilité sociale des entreprises (RSE) et le prix n’est désormais plus le seul critère de choix des commanditaires.

Des donneurs d’ordre exigeants

Dans le privé, les entreprises sont de plus en plus incitées à adopter une démarche RSE qui se traduit logiquement par une attention plus marquée aux accomplissements de leurs potentiels partenaires en la matière. Les plus grandes sont d’ailleurs tenues à un devoir de vigilance vis-à-vis de leurs sous-traitants.

L’obligation de reporting extra-financier qui leur incombe favorise également la prise en compte de la dimension RSE dans l’établissement de leurs relations commerciales. La capacité à prouver son engagement environnemental ou social dans la réponse à un appel d’offre est donc un atout. C’est encore plus vrai quand celui-ci émane d’une structure engagée elle-même. Les entreprises labellisées B-Corp s’attachent par exemple à développer des collaborations entre elles.

Commande publique responsable

Dans la sphère publique aussi, la tendance est à la prise en compte des principes du développement durable et de la performance sociale dans les appels d’offres et à la mise en place de politique d’achats responsables. Le code de la commande publique a évolué en ce sens.

Il permet ainsi la valorisation des entreprises responsables grâce à la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernances (ESG) dans les marchés publics intégrant une clause RSE. La loi Climat et Résilience prévoit d’ailleurs qu’intégrer au moins un critère RSE sera une obligation pour les appels d’offres de l’État et les collectivités publiques à compter de 2026. Elle a aussi élargi le champ des acteurs tenus de mettre en place un schéma de promotion des achats publics socialement et écologiquement responsables.

Entreprise engagée et marchés réservés

Des marchés publics peuvent également être réservés à certaines catégories de structures dont peuvent faire partie les entreprises engagées. Les acteurs publics ont ainsi la possibilité de réserver certains lots ou marchés aux opérateurs qui emploient des travailleurs handicapés et défavorisés, comme les entreprises adaptées ou d’insertion.

Des marchés portant uniquement sur des services spécifiques, appartenant à une liste précise, comme l’aide à la recherche d’emploi, le développement de l’esprit civique ou encore la mise en place de services d’aide à domicile, peuvent aussi être réservés aux entreprises de l’économie sociale et solidaire. Une nouvelle possibilité de marché réservé a également été ouverte en 2022 pour les acteurs économiques exécutant des prestations prison et employant des détenus.

Ainsi l’engagement d’une entreprise peut faire la différence pour emporter certains appels d’offres, voire dans certains cas pour pouvoir tout simplement y accéder. Néanmoins cela suppose de pouvoir apporter des éléments factuels témoignant de cet engagement dans sa réponse à l’appel d’offre concerné. Certains intègrent des questionnaires RSE qu’il peut être assez fastidieux de compléter. Dans tous les cas, pouvoir s’appuyer sur un label, une certification ou un statut attestant des valeurs et actions mis en place par l’entreprise, pourra faciliter la prise en compte de cet aspect par le commanditaire.