Quelles sont les bonnes pratiques pour diriger une entreprise à plusieurs ?

Comment rester unis et partager une même vision sur le long terme ? Comment gérer les conflits et garder une bonne entente ? Voici les bons conseils pour diriger une entreprise à plusieurs.

De la communication, de la transparence, un cap commun, une organisation… comme pour un couple, le fonctionnement d’une entreprise dirigée par plusieurs associés dépend de divers ingrédients, indispensables à la création d’une base solide. « Avant de se lancer, il faut commencer par bien définir ses règles communes : l’organisation de la direction, la définition des statuts, une vision stratégique, la gestion au quotidien », explique Pierre Billet, directeur général d’Axens spécialisé dans l’expertise comptable et commissariat au compte, membre du groupement France Défi.

Diriger une entreprise à plusieurs, déterminer les bon statuts

Les associés doivent donc s’atteler dans un premier temps au choix des statuts. La loi en prévoit quatre : la SAS (Société par Actions Simplifiée, la SARL (Société À Responsabilité Limitée), la SNC (Société en Nom Collectif), la SA (Société Anonyme). Deux statuts juridiques se prêtent davantage au projet de co-direction : la SARL et la SAS.

“À ce titre, la loi est encadrante mais ne donne pas de mode d’emploi. Il faut donc s’écrire et se dire les choses. Comment ? En établissant un pacte d’associés, formel ou informel” – Pierre Billet, directeur général d’Axens

Cette convention peut être rédigée entre associés parallèlement aux statuts de la société. Elle vise notamment à organiser les mouvements de titres et le fonctionnement de l’entreprise.

Autre document essentiel au bon démarrage d’une gouvernance collective : le règlement intérieur. S’il a pour principale finalité de définir les règles d’organisation à l’intérieur d’une société, il permet aussi de définir les relations entre les associés, et entre les associés et la société.

La communication, le nerf de la guerre

Le liant ultime à tous ces ingrédients de base reste la bonne communication. « La bonne pratique réside dans le fait d’être au maximum dans la transparence et l’échange. Il est nécessaire de dire ce qu’on fait et faire ce qu’on dit », précise Pierre Billet. Plus concrètement, chaque associé doit savoir se montrer le plus factuel possible dans ses explications pour améliorer la compréhension au sein du collectif. «Il faut pouvoir modérer ses émotions, sinon on n’arrive jamais à trouver un consensus » ajoute Pierre Billet, qui réserve à ce sujet « 20 % de son temps à de la communication sur une journée ».

Diriger une entreprise à plusieurs, se faire aider par un coach

Le directeur général d’Axens conseille par ailleurs d’ouvrir cette communication à un regard extérieur. L’aide d’un coach peut être bénéfique quand l’échange est rompu. « Cela peut se traduire par des phases d’audit, des séminaires ou même des team building. Le coaching permet de mettre en phase les écarts, les évolutions, les incompréhensions qui naissent du quotidien », souligne l’expert.

Collaborer à plusieurs implique enfin de savoir s’adapter. Pierre Billet illustre cette idée à l’aide d’une autre métaphore, celle de l’avancée en cordée ou de l’équipe sportive : « Pour progresser en groupe, il faut pouvoir ajuster son propre rythme et prendre soin du dernier maillon faible. On marche souvent à la vitesse du plus lent ». Certes, ce travail de communication et l’effort d’adaptation peuvent ralentir la prise de décision. Mais chaque élément associé apporte sa valeur ajoutée grâce à son domaine de compétence. La charge de travail est aussi moins lourde et les responsabilités sont partagées.