Covid-19 : quelles pistes pour améliorer le bien-être au travail ?

La clé de la réussite d’une entreprise passe aussi par le soin apporté à ses salariés. Cette année, plus encore qu’une autre, une réflexion s’impose pour préserver, voire améliorer leur bien-être au travail.

Image par jamesoladujoye de Pixabay 

« Cet épisode va donner l’occasion d’ouvrir une réflexion sur le sujet. » Ghania Kempf parle bien évidemment du Covid-19. L’épidémie a bouleversé le monde, ainsi que notre façon de travailler. Comme ses pairs, cette DRH du groupe Laflute & Associés, membre du groupement France Défi, a placé le bien-être au travail de ses collaborateurs au premier plan pendant le confinement. Elle a aussi revu ses habitudes. « Parmi les leçons à tirer de cette expérience, nous devons continuer à réfléchir à la notion de flexibilité. Nous avons été contraints de télétravailler. Rien n’empêche, pour ceux qui le souhaitent, d’envisager de poursuivre cette organisation, un ou deux jours par semaine par exemple. Plus personne n’a envie d’être psychorigide sur ce type de sujet. »

Bien-être au travail : un entretien professionnel crucial

Selon l’experte, la crise sanitaire a redessiné la notion de bien-être au travail. « Pour la première fois, des collaborateurs ont craint pour leur santé, ou de perdre leur travail. Voire les deux ! » Pour les accompagner, son cabinet a organisé des entretiens individuels avec chacun de ses membres. « Ces échanges ont duré plus d’une heure. Ils commençaient toujours par la même question : “Comment allez-vous ?” Il ne s’agissait pas seulement de parler de l’avancée des dossiers en cours, mais de prendre en compte la réalité de chacun. » De fait, le sentiment de bien-être a varié, selon que le salarié avait un espace de travail réduit, ou des enfants à la maison, notamment.

Cependant, il serait dommage d’en rester là, estime cette spécialiste de la santé et de la sécurité au travail.

Tout collaborateur bénéficie d’un entretien professionnel tous les deux ans. Cette année, il sera essentiel d’aborder la question sanitaire, car la gestion du bien-être passe aussi par l’empathie, et la gestion de l’anxiété de chacun.

Ghania Kempf, DRH du groupe Laflute & Associés.

Fédérer les équipes, et renforcer le collectif

Une fois ces questions individuelles posées, Ghania Kempf aura aussi à cœur – comme beaucoup de ses homologues – de renforcer la cohésion de ses équipes. À défaut de pouvoir organiser un team building ou un événement festif dans un avenir proche, son entreprise peut s’appuyer sur des outils informatiques qui ont fait leur preuve.

« Pendant le confinement, notre responsable qualité nous a fait découvrir l’application Slack. » Cette plateforme de communication collaborative permet d’échanger de façon instantanée sur plusieurs sujets. « Bien sûr, nous nous en sommes servis pour suivre les dossiers en cours. Mais nous avons aussi ouvert un sujet intitulé “On se détend”. Chacun a pu venir y plaisanter et échanger avec ses collègues sur un mode plus léger. Il est important de fédérer ses équipes, surtout pour un cabinet comme le nôtre, réparti sur plusieurs sites. »

L’application a été adoptée, elle continue donc d’être utilisée. « Bientôt, nous pourrons ouvrir des discussions sur le mobilier de bureau, ou sur des sorties entre collègues, précise la responsable. Autant de pistes à explorer ensemble pour notre bien-être à tous. »